dimanche 18 février 2018

Sauver l'amour


Mercredi dernier, c'était la Saint-Valentin.

En célébration de cette fête et puisque, par une coïncidence étrange, la statistique de l'article Entendons-nous bien a affiché au même moment un pic de circonstance, j'ai pensé qu'un chapitre supplémentaire sur l'art délicat de la communication pourrait s'avérer utile.

Petite mise au point. Si quelqu'un pense qu'on ne doit pas plaisanter avec l'amour, et qu'une attitude irrévérencieuse envers ce sujet aussi exaltant que douloureux est indigne d'un coach professionnel, qu'il lise d'abord La magie du rire.

Ceci est mon cadeau de Saint-Valentin (en retard), à vous, les couples amoureux, d'hier, d'aujourd'hui et de demain.

J'ai dit "couples". Donc, d’ores et déjà, oubliez les conseils kamikazes comme : "Pour sauver ou dynamiser votre relation, allez donc voir ailleurs si vous y êtes."

D'abord parce que je vois mal comment sauver un couple en le transformant en trio. Les fusions et les acquisitions n'ont jamais été bonnes pour les petites entreprises. Ça se termine toujours par des licenciements, à commencer par ceux qui ont de l'ancienneté.

J'ai l'air de faire de l'humour noir, mais ce type de conseils destructeur est courant, donné par des "ami(e)s" ou des praticiens. Ou alors, quelqu'un a lu un article de psychologie intitulé "Comment dynamiser votre couple", alors qu'il fallait lire : "Comment dynamiter votre couple".

De plus, une fois cette fonction mathématique appliquée au premier ensemble (a + b), pour former cette nouvelle équation relationnelle (a + b) + x, si jamais le trio part en live plutôt qu'en love, pourquoi ne pas continuer le même remède (a + b + x) + y ?

Enfin, on peut tenter de sauver ou dynamiser le quatuor avec une extension de la même fonction : (a + b + x + y) + z, ce qui nous donnerait un quintette.

"Orgies ! Orgies ! Nous voulons des orgies !" Bienvenue dans l'Empire romain occidental décadent.

Ils étaient fous ces Romains, ne les prenez pas pour modèles de savoir-vivre.

De plus, la Saint-Valentin s'adresse aux romantiques, aux amoureux, les vrais.

Le 14 février, nous sommes passés chez un traiteur pour célébrer avec panache (et quelques douceurs) nos 33 ans de mariage heureux. Un record olympique qui suscite de la part de notre entourage des regards parfois envieux, parfois pédonculés comme les yeux d'une langouste ou d'un personnage de Tex Avery

Nous étions en train d'admirer les pâtisseries en forme de cœur, décorées d'un baiser en sucre rose, lorsque ma femme me prit la main en me faisant signe discrètement de laisser passer le monsieur qui se trouvait à notre droite.

C'est alors que je réalisai que celui-ci marmonnait sur un ton haineux : "Saint-Valentin de mes deux ! Des gâteaux pour un divorce… Saint-Valentin de [biiiiip !]"

Quand la serveuse lui a demandé ce qu'il voulait, il a pourtant commandé des pâtisseries d'une voix suave, polie, presque sucrée.

On pouvait entendre la guerre faire rage, en son for intérieur, entre deux esprits opposés.

En sortant, j'ai dit à ma chère et tendre : "On vient de croiser le Gollum de la Saint-Valentin."

Je peux comprendre l'amertume de cet homme, tant le sujet de l'amour et des relations de couple est un tapis moelleux, tissé de peaux de bananes, sur lequel il est facile de glisser et de se faire très mal.

Si jamais un aspect de l'existence a besoin de coaching, c'est bien celui-là. Chance pour vous, les tourtereaux, j'ai quelque expérience en la matière.

J'ai toujours eu le sentiment que l'article Entendons-nous bien était trop court. C'est un remède préventif, pas une trousse de secours ni une boîte à outils pour les relations qui ont des ratés dans le moteur ou qui tombent en panne.

Alors, attachez vos ceintures, nous allons passer à la vitesse supérieure…


À quoi ça sert l'amour ?

Dans l'article Questions "Q", questions qui tuent, il y avait ces deux passages :
Le fait d'aimer, que ce soit dans le travail ou le couple, est un concept souvent incompris. Contrairement à la croyance populaire, ce n'est pas une proposition binaire. "Aimer" ou "Ne pas aimer". C'est un taux d'énergie émotionnelle relatif à un sujet ou un objet. Désolé pour le manque de romantisme, mais étant une énergie, l'amour est variable. Il fluctue sur une échelle graduée, en fonction de facteurs relatifs multiples, suivant les moments.

La question "Est-ce que tu m'aimes ?", qui embarrasse souvent celui ou celle à qui on la pose, devrait recevoir, comme réponse logique, ces deux questions : 1. Quand ? 2. Comment ?

Hier soir, tu m'énervais. Ce matin, j'avais une folle envie de t'embrasser. Cet après-midi, je t'ai admiré(e). Et là, maintenant, tu m'inquiètes.



Aimer, ne pas aimer. L'amour, au sens large, même pour des objets, est une énergie extrêmement volatile. Il se cultive, s'entretient, se développe, se construit, ou se laisse mourir entre les mains de ceux qui transgressent ses lois.

"L'amour est enfant de bohème, qui n'a jamais connu de lois", chantait Carmen, dans l'opéra du même nom. Pauvre Carmen, les eût-elle connues, ces lois, qu'elle n'aurait peut-être pas fini poignardée par son ex.
Certains pensent peut-être que je me contredis. D'un côté, je glorifie le romantisme, et de l'autre je dissèque l'amour avec la froideur clinique d'un médecin légiste qui commente un à un les organes d'un cadavre, avant de les déposer dans une bassine en inox.

Faudrait savoir ! La mystérieuse romance ou la technicité scientifique ?

Non seulement la seconde n'empêche pas la première, mais elle la protège. Appelons cette "technicité scientifique" compréhension.

Ne vaut-il pas mieux comprendre un phénomène émotionnel, si on veut éviter qu'il nous explose à la figure ?

Ceux qui préfèrent continuer de savourer le mystère et le suspens de leur(s) aventure(s) amoureuse(s), ne lisez pas la suite de cet article, cela va gâcher les surprises qui vous attendent.

Les autres, suivez le guide…

"Par ici, s'il vous plaît."

Comme je l'ai dit dans l'article Donner du sens à la vie, pour comprendre un sujet, la première étape est de le définir.

Qu'est-ce que l'amour ?

Il faut être gonflé pour prétendre définir l'indéfinissable, mais laissez-moi vous étonner. Aussi, sachant la complexité du sujet, accordez-moi une définition complexe.

Définitions :

L'amour, c'est admirer une personne, c'est-à-dire la trouver belle.

Oui, c'est bizarre que l'admiration soit liée à la beauté, du moins ce que l'on considère comme telle, puisque ces appréciations varient d'une personne à l'autre. L'un trouvera "beau" la musique classique, l'autre les chansons d'amour, le hard rock ou même le rap, la beauté d'une complainte urbaine sur fond de musique tribale primaire. Certains aiment Monet ou De Vinci, d'autres Gauguin ou Picasso.

Une personne, comme expliqué dans plusieurs articles de ce blog, c'est un esprit PLUS un corps.

L'esprit a ses propres émotions.

Le corps a ses propres émotions.

Plus d'informations sur cette distinction dans l'article L'individu divisé.

On peut trouver beau un corps, comme on peut trouver beau un esprit. Ce qu'on appelle la beauté intérieure.

Certains êtres, bien que dotés par la nature d'un physique avantageux, ne sont pas ce qu'on appelle de "belles personnes". Un Adonis ou une Vénus peuvent être vicieux, cruels, égoïstes, lâches, paresseux, menteurs…

Pitié pour les pauvres malheureux qui ne verraient pas plus loin que l'emballage de ces cadeaux empoisonnés. "L'amour est aveugle", dit l'adage. Non, c'est juste qu'il ne regarde pas au bon endroit, et parfois, il a besoin qu'on lui montre les dessous de l'affaire.

Il y a  trois sortes d'amours d'une personne a pour une personne b :
  1. L'amour qu'éprouve l'esprit de a pour l'esprit de b.
  2. L'amour qu'éprouve l'esprit de a pour le corps de b.
  3. L'amour qu'éprouve le corps de a pour le corps de b.
Et réciproquement de b pour a.

Tous ces sentiments peuvent être ressentis à des degrés divers. On peut leur appliquer des pourcentages variables, suivant les moments, dans une relation.

Exemples :

a éprouve pour b
60 % d'amour 1
30 % d'amour 2
10 % d'amour 3

Imaginez ce qui va se passer si, en retour, b éprouve pour a
10 % d'amour 1
30 % d'amour 2
60 % d'amour 3

Il y a là de quoi écrire des séries télé sentimentales, la version moderne du vaudeville, ces pièces de théâtre à base de quiproquos amoureux.

J'imagine que des petits malins pourraient créer des applications mobiles pour les couples. Lesquelles indiqueraient le degré d'amour, d'un genre ou d'un autre, comme ces programmes logiciels qui calculent votre taux d'alcoolémie en fonction des données rentrées.

"L'amour de l'esprit de Julie pour le vôtre est passé à 18 %, veuillez : a) lui offrir des fleurs ; b) lui faire un câlin ; c) arrêter de lui couper la parole ; d) ne plus vous montrer aussi charmant avec sa meilleure amie. Cochez les options une fois complétées."

Notez que je n'ai pas mis de 4, ce qui aurait pu être "L'amour du corps de a pour l'esprit de b".

Ce n'est pas un oubli. Le corps de l'un n'éprouve pas d'amour pour l'esprit de l'autre. Un esprit, une conscience, peut trouver un corps admirable, beau. La réciproque n'est pas vraie.

Pour mieux comprendre cette structure, nous dirons qu'un individu, une personne, serait un esprit déchu (condition humaine) qui, bien qu'ayant conservé des qualités immatérielles, serait prisonnier d'un animal doté d'une conscience primitive.

Tous deux, "l'ange" déchu et "la bête", ont une conscience. La première évoluée, la seconde primaire. Lorsque l'esprit fusionne avec l'animal, on est mal.

Pourtant, vous trouverez toujours des partisans de l'amour purement animal. "On s'aime comme des bêtes."

A-t-on jamais vu un singe souhaiter la Saint-Valentin à sa femelle ou lui apporter des fleurs ?

Quand les 3 types d'amour ci-dessus sont réunis en proportions harmonieuses, nous obtenons le "grand amour", "amour passion" ou "amour fou". C'est une séquence où 1 intensifie 2 qui intensifie 3 qui intensifie 1, etc. Cette réaction en chaîne 1, 2, 3, 1, 2, 3, 1, 2, 3, … peut s'emballer jusqu'à absorber toute l'attention de l'un ou de l'autre. Une situation dangereuse, car si l'un des protagonistes de cette romance échevelée part, l'autre se retrouve privé de ce qui était devenu son seul intérêt dans la vie.

Roméo aime Juliette à la folie. Juliette aime Roméo à la folie. Ils sont tellement subjugués par cette émotion qui a atteint de tels extrêmes qu'ils ont polarisé toute leur attention dessus, au détriment du reste : famille, amis, travail, distractions, projets, etc. D'ailleurs, les projets individuels ont été abandonnés pour des projets "communs".

"Elle/il est tout mon univers."

Et quand l'univers disparaît ?

Comme dit précédemment, l'amour, spirituel ou matériel, est une émotion variable, volatile.

Si a maltraite la communication de b, ou réciproquement, l'amour 1 baisse.

Si b se couche avec son masque au concombre sur la figure, expulse des gaz sans s'excuser, se cure le nez ou ne se lave pas les dents après avoir mangé des oignons, l'amour 2 prend du plomb dans l'aile.

Si a est' fâché avec b, son corps a tendance à suivre les directives émotionnelles de l'esprit, et il impose un embargo du style "Désolée, chéri, pas ce soir, j'ai mal à la tête" ou bien "Ah, non, pas ce week-end, ma puce, on va voir un match de foot avec les copains… mais si, je te l'avais dit !"

Un esprit fort contrôle son corps. Une main de fer dans un gant de velours. Chez les esprits faibles, ou extrêmement fusionnés à la chair, c'est rarement le cas.

Un esprit faible, une fois les besoins corporels assouvis, laissera le corps se comporter comme un goujat. Bizarrement, ce mot n'a pas de féminin.

Un esprit fort obligera son corps (par force ou persuasion) à faire preuve de gentillesse, de respect, de tendresse, de gratitude.

Un esprit faible, très amalgamé à son corps, n'en verra pas l'intérêt. La faiblesse d'esprit et la fusion corporelle vont souvent de pair. Pas toujours.

Avec cette théorie, nous gagnons une compréhension du romantisme et de la bestialité. Et des nuances intermédiaires.

Freud, qui avait accusé l'esprit de posséder tous ces instincts primaires, bestiaux, mais refoulés, n'avait pas su reconnaître la véritable structure de l'humain dans sa globalité. Il était probablement, comme la plupart à son époque, tellement remonté contre tout ce qui pouvait rappeler de près ou de loin la religion (rancune compréhensible, après des siècles d'autoritarisme) qu'il a jeté le bébé avec l'eau du bain et fait l'impasse sur la nature quantique, énergétique, de la conscience.

Ce n'était pourtant pas difficile de débusquer "la bête", il n'avait qu'à regarder sa trogne poilue dans une glace.

Dans ces types d'amour 1, 2 et 3, de a pour b, puis de b pour a, nous voyons toutes les interactions ayant lieu dans un couple, que ce soit sur le plan spirituel (sentimental) ou corporel (sexuel). Sachant que le corps est aussi motivé par d'autres pulsions basiques comme la nourriture, la sécurité matérielle, la possession de beaux objets, la hiérarchie dans une meute, tandis que l'esprit répond à des paramètres plus subtils, plus complexes.

En cas de mauvaise gestion de la communication, tel qu'expliqué dans l'article Entendons-nous bien, l'amour 1 et 2 traversent des turbulences et des trous d'air.

Il ne reste alors que l'amour 3. Lequel permet de "se réconcilier sur l'oreiller". Ou pas, suivant l'intensité de 1, 2 et 3, chez l'un et chez l'autre.

Je pourrais vous mettre tout ça en équations précises, comme je l'avais fait pour (a + b) + x, mais certains vont trouver que j'exagère.

Les matheux peuvent rédiger un diagramme avec les 3 types d'amours 1, 2 et 3 pour chaque conjoint, en attribuant une valeur de - 5 à + 5 pour chacun, à des moments différents. Vous y gagnerez une meilleure compréhension de ce qui s'est passé, notamment comment la flamme d'hier a pu devenir braise mourante ou cendre fumante.

Pourquoi évaluer les émotions sur une échelle relative, avec des valeurs  positives et négatives ?

Parce que lorsque l'admiration dégringole, arrivée à 0, elle prend des valeurs opposées : léger agacement, franche irritation, colère, haine, dégoût, chagrin, désespoir.

0, la frontière, étant l'indifférence.

Et quant à la question À quoi ça sert l'amour ? À quoi ça sert d'admirer, de trouver beau ?

Franchement, il y en a qui posent de ces questions !


Qu'est-ce qui pourrait sauver l'amour ?
"Partir effacer sur le Gange, la douleur,
Pouvoir parler à un ange, en douceur"
Ainsi chantait l'homme qui pouvait sauver l'amour, avant de partir… quand même un peu vite.

L'amour 2 et 3, l'amour de l'esprit pour le corps ou du corps pour le corps, reposent sur des considérations de beauté.

Pas besoin d'être un top model. Un être peut voir de la beauté en toute chose, dans la finesse, la délicatesse, l'intelligence, le courage, la générosité, la gentillesse ou la force, et même, pourquoi pas, dans la richesse. J'ai connu des amies dont le cœur ne palpitait que pour l'ultra-chic : habitations, objets d'art et conjoints. Pour certains, la pauvreté est anti-glamour, synonyme de laideur.

Étrangement, pour d'autres c'est l'inverse. Les Misérables, de Victor Hugo, c'est aussi une œuvre d'art. De l'héroïque beauté d'être dans la mouise et de souffrir comme des damnés.

Mais qu'importe l'objet de l'amour, vous trouverez toujours, caché dans les recoins de l'existence, la beauté.

Même l'humour, cette valeur cotée à la Bourse des cœurs, est un art. Les humoristes sont des artistes qui créent des formes esthétiques basées sur la rhétorique, les effets de langage, la gestuelle, l'assemblage des idées selon des arrangements créatifs. Oui, comme les bouquets de fleurs et les pâtisseries de la Saint-Valentin.

Alors, je vous laisse imaginer les gaffes et manquements à l'esthétique qui peuvent survenir dans un couple partageant la promiscuité d'un studio ou d'un 3 pièces.

J'en ai cité quelques-uns plus haut, mais comme ces exemples sont anti-romantiques au possible, je m'abstiendrai d'en dresser une liste exhaustive… Hé ! ho ! on vient de fêter la Saint-Valentin, quand même.

Ceux qui se sentent frustrés d'informations vitales, prenez un bloc-notes, un crayon et une gomme, et dressez votre propre liste des "tue-l'amour". Quand ce sera fini, marquez en haut de cette liste, en très grosses lettres : IL NE FAUT PAS…

Lorsque l'amour est surtout de type 3 (un corps aime l'autre corps), et que l'esprit est un peu à la traîne, nous obtenons ce scénario  : au début de la relation, stimulés par le challenge de conquérir l'autre, les postulants amoureux font des efforts pour séduire, paraître à leur avantage. Mais rapidement, une fois les corps rassasiés, l'esprit perd sa motivation. Le décor tape-à-l'œil est escamoté, laissant voir les coulisses du théâtre, avec sa machinerie graisseuse, ses trucages grossiers, ses accessoires mal rangés et les comédiens maussades, fatigués.

Au premier rencard, on se fait beau, on se fait belle, on dit de belles choses. Tout cela n'est pas sans rappeler la chanson de Francis Cabrel, Animal.
"Tu voudrais qu'elle t'aime,
T'as changé tes manières,
Tu prends des allures mondaines,
Tu racontes seulement tes voyages en première.
Tu veux qu'elle t'estime,
Tu sors tes plus belles lectures…



Mais il y a une heure où va retentir le signal,
Un moment où tu vas te sentir animal, animal, animal… "
J'avais oublié cette chanson, lorsque j'ai écrit tout ce qui précède. Elle vient juste de me revenir. Surprenant comme elle décrit bien ce paradoxe corps-esprit.

Au bout du compte, on se rend compte que le sauveur de l'amour, ce n'est pas le corps, mais l'esprit. Ce qui nous ramène à l'amour de type 1 : l'esprit de a aime l'esprit de b. C'est-à-dire que cet amour inclut, comme condition sine qua non, une réelle amitié, une vraie complicité d'être à être.

Et si cet ingrédient n'a jamais fait partie de l'alchimie du couple ?

"Fuyez, pauvres fous !"


Soyons très bons amis, et plus si affinités

Par contre, si l'amitié est ou a été présente, en plus de l'amour 2 et 3, c'est une bonne nouvelle, car autant l'inertie et la solidité du corps le rendent difficile à gérer, autant la malléabilité de l'esprit vont permettre de recréer ce qui a été perdu. Dans la mesure où cet esprit n'est pas trop fusionné avec le corps, ce qui le rend plus rigide, moins libre de changer.

Dit autrement, il est plus facile de communiquer que de subir une opération de chirurgie esthétique. Plus facile d'échanger des idées que de changer de tête. Plus facile d'effacer une rancœur que de perdre des kilos. Mais surtout, l'amitié, la tendresse et l'admiration ont une chance de survivre au temps, au stress quotidien, aux pathologies diverses et à l'usure corporelle, tandis que le désir est un placement à risque, pour ne pas dire à fonds perdu.

Ce qui nous ramène à la communication et à l'article Entendons-nous bien.

Même si j'avais l'air de faire de la provocation avec cette idée saugrenue, un couple est aussi une petite entreprise qui peut donner naissance à des filiales (enfants), dans l'intérêt d'une prospérité et d'un bien-être familiaux communs. C'était la conception du mariage à l'ancienne, quand les fortunes, dots, propriétés, héritages, etc. étaient indissociables d'une union en bonne et due forme. L'amour y était parfois en conflit avec les intérêts, ce qui nous a donné de merveilleuses intrigues littéraires et cinématographiques.

Ces coutumes n'ont plus cours, ou alors rarement, dans notre société occidentale moderne. Pire, nous avons de plus en plus d'amours intérimaires : "Je reste chez moi, tu restes chez toi, et on se voit le week-end ou quand on en a envie." En espérant que les envies coïncident.

À l'opposé, nous avons la jeune épousée, offerte telle une pouliche de concours, en échange d'une belle situation, de terres, d'un titre, d'une alliance de dynasties.

Mais au risque de me répéter, puisque je m'adresse aux amoureux, les vrais, nous écarterons ces deux extrêmes qui ont en commun de privilégier le matériel au détriment du spirituel, la jouissance physique plutôt que la complicité d'âmes.

Comme disait Voltaire : "L'amour est une étoffe tissée par la nature et brodée par l'imagination." Dépouillé du romantisme, cette aura de beauté, de rêve, d'imaginaire que seul l'esprit peut créer pour embellir la vie, que reste-t-il de l'amour ?

D'un côté : un coup de massue sur la tête, je t'attrape par la tignasse et je te traîne dans ma caverne jusqu'à mon lit en peau de bête. De l'autre : j'endure les assauts du mâle pour profiter de la chaleur du feu et de la sécurité de la caverne. Quelqu'un a déjà vu le film La guerre du feu ?

Par comparaison, la Saint-Valentin, avec ses fleurs, ses pâtisseries et ses mots doux, c'est le paradis sur terre.

Mais même pour ceux qui réussissent à arracher l'amour à la boue primordiale et aux comportements préhistoriques, pour l'élever jusqu'à l'amour courtois d'un chevalier pour sa mie et réciproquement, il reste quelques épines, dans ce jardin de roses.

Il est intéressant de voir que le terme médiéval mie, qui signifiait "femme aimée", a pour racine étymologique le mot "amie". En ce temps-là, aux origines présumées de l'amour courtois, la femme que l'on aime est une amie. Reste à savoir si, durant l'Antiquité, les Gaulois et même les Romains (aussi fous et décadents fussent-ils) étaient incapables d'amour romantique. Quant à Cro-Magnon et Cro-Magnonne, ils n'ont laissé aucune fresque, sur les parois de leurs cavernes, montrant des scènes torrides au coin du feu. Que des scènes de chasse.


Pas de mots doux pour les durs d'oreille

Une profonde amitié est l'ingrédient essentiel d'un amour courtois, romantique.

Au cinéma, ces deux concepts sont souvent opposés. Mais vu la stabilité des couples dans ce milieu… Je tends à penser que cette vision repose sur une confusion entre les 3 types d'amour qui surviennent entre cet assemblage complexe qu'est un couple : deux esprits et deux corps. Une confusion compréhensible dans une profession où la valeur de l'artiste repose avant tout sur son physique.

Et comme le sujet est bien assez compliqué comme ça, je n'ai pas parlé de ces multipersonnalités qui constituent chaque être humain (voir l'article Je suis nous et je le vis très bien). Je n'ai mentionné que la forme simple un esprit et/ou un corps aime(nt) un esprit et/ou un corps.

Relisez cet article, une synthèse de l'animisme (philosophie des cultures primitives) et de la physique quantique, et ajoutez-y le texte présent. Vous comprendrez l'ampleur du problème. Si chaque personne est constituée, en plus d'un corps, d'un esprit dominant avec des personnalités subalternes, lorsqu'on parle d'amour entre deux personnes, "Qui aime qui ?"

Ou même, laquelle de ces personnalités aime quelle personnalité chez l'autre ?

"Je ne l'aime plus, car il/elle a changé."

Ou bien : "C'est moi qui ai changé, je n'ai plus les mêmes sentiments."

Ou les deux changent.

"Nous sommes devenus deux étrangers l'un pour l'autre."

Il/elle ne croit pas si bien dire si l'esprit qui a démarré cette relation s'est effacé en laissant les commandes à un autre.

Comment gérer une telle complexité ?

J'avais effleuré le sujet dans Entendons-nous bien, mais je vous propose de l'approfondir.

Le terme "communication" a pour racine étymologique le préfixe com-, du latin cum qui signifie "avec". Et la racine indo-européenne mei, qui signifie "échanger".

Communiquer = échanger avec.

De ce fait, celui ou celle qui se contente de parler, mais n'écoute pas, n'échange pas. Tout échange, comme le troc, fonctionne dans les deux sens.

Si l'on n'échange pas, on ne communique pas. Si on ne communique pas, on vit seul. Tout du moins en esprit, même quand les deux corps partagent la même caverne maison.

Par contre, à l'inverse du troc, dans la communication, c'est la personne qui reçoit la communication (écoute) qui donne, tandis que la personne qui parle (donne une communication) reçoit.

Écouter l'autre est le plus beau cadeau que vous puissiez lui faire. Ça demande un effort d'écouter. Parfois même, du courage.

Ça demande de l'entraînement, aussi. On peut faire des erreurs, se tromper. On s'efforce d'écouter, et tout à coup, c'est plus fort que soi, on répond au milieu de la phrase de l'autre. On réagit.

Un remède simple : "Pardon, je t'ai coupé(e)… vas-y, je t'écoute."

Si le vrai amour a pour socle une vraie amitié, un(e) ami(e) est avant tout un(e) confident(e).

Beaucoup de définitions ont été données à l'amitié. Internet et la littérature sont remplis de citations d'auteur sur le sujet.

Que diriez-vous de cette définition ?

Un ami, une amie, c'est une personne à qui on peut se confier, sans crainte que cela nous mette en danger.

Cela implique la sincérité et la confiance.

Jusqu'à quel point ?

Peut-on tout dire à un(e) ami(e) ?

De quel degré d'amitié parle-t-on ?

Les émotions, les sentiments, fluctuent dans le temps, au gré des circonstances.

L'amitié absolue, quoi qu'il advienne, envers et contre tout, est un mythe. Les sentiments, les émotions, sont comme l'eau ou le vent. Ils épousent la forme de leurs lieux de passage.

Eux aussi peuvent changer. En bien ou en mal. Cela signifie aussi qu'on peut réparer une amitié brisée.

Comment ?

Communication. Échange. Donne-moi ta douleur pendant que je te prête une oreille attentive.

On peut réparer l'amitié. On peut réparer l'amour.  Si on fait l'effort d'écouter.

Écouter est un art. Les grands artistes s'entraînent toute leur vie pour maîtriser leur art.

Même si l'on est un débutant maladroit dans ce domaine, et quelles que soient nos erreurs, sachons qu'à chaque fois que nous écoutons quelqu'un, c'est un peu de douleur qui disparaît de ce monde et laisse plus de place à l'amour.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire